L'enfant Roi (2014)
De Clémence Barbier
Round'up, émission théâtrale (2012)
Conception : Victor Gauthier-Martin
Ecriture scénique collective : Victor Gauthier-Martin, Clémence Barbier, Maïa Sandoz
Docteur Faustus (2010)
De Christopher Marlowe
Le Laveur de visages (2009)
De Fabrice Melquiot
109 (2008)
Montage de textes et mise en scène : Victor Gauthier-Martin
Genoa / US (2008)
De Fausto Paravidino
Gênes 01 (2007)
De Fausto Paravidino
La vie de Timon (2005)
De William Shakespeare
Le rêve d'un homme ridicule (2004)
De Fédor Dostoïevski
La Cuisine (1996)

Sous la glace

  • de Falk Richter
  • Traducteur : Anne Monfort
  • Mise en scène : Victor Gauthier Martin
  • Avec : Philippe Awat, Pascal Sangla, Martin Seve, en alternance Alban Challier, Marcello Codraro
    Assistante à la mise en scène : Clémence Barbier / scénographie : Victor Gauthier Martin / musique : Dayan Korolic / création lumière : Romuald Lesne / création vidéo : Gwénolé Livinec Valérie Marinho de Moura Jean-François Domingues / costumes : Anne Lézervant / Régie Générale : Jean-François Domingues

Dans « Sous la glace », l’efficacité ou plutôt l’« efficiency », s’est imposée sans aucune résistance comme un nouveau système de valeur. Peut-on aujourd’hui opposer quelque chose à cette façon de penser ?

Cette question de l’efficacité a pris toute la place, au détriment de celle, plus délicate de l’utilité (sociale, humaine, philosophique…) et ainsi, a vidé de son sens une grande partie de notre activité. Ce système qui tourne à vide, façon Kafka, est exposé de façon très pertinente dans l’article à succès « bullshit jobs » de David Graeber, professeur d’anthropologie à la London School of Economics et à l’origine du mouvement Occupy Wall Street :

« Dans les années 30, John Maynard Keynes avait prédit que, à la fin du siècle, les technologies seront suffisamment avancées pour que des pays comme le Royaume Uni ou les Etats-Unis envisagent des temps de travail de 15 heures par semaine. Il y a toutes les raisons de penser qu’il avait raison. Et pourtant cela n’est pas arrivé. Au lieu de cela, la technologie a été manipulée pour trouver des moyens de nous faire travailler plus. Pour y arriver, des emplois ont dû être créés et qui sont par définition, inutiles. Des troupes entières de gens, en Europe et en Amérique du Nord particulièrement, passent leur vie professionnelle à effectuer des tâches qu’ils savent sans réelle utilité. Les nuisances morales et spirituelles qui accompagnent cette situation sont profondes. C’est une cicatrice qui balafre notre âme collective. Et pourtant personne n’en parle. »

Et pour que ces foules ne soient pas minées par ce sentiment d’être inutile, pour lutter contre « le danger d’un dessèchement intérieur », Falk Richter propose avec humour, toutes sortes d’activités divertissantes, dont un programme destiné aux consultants, intitulé « l’aventure c’est la culture » qui consiste en la création d’une comédie musicale dont les personnages principaux sont des phoques et des ours polaires. « Quand la culture est bien faite, elle peut être aussi bénéfique que le sport ».




spectacle créé le 4 décembre 2015 au Théâtre de Chelles
production déléguée : microsystème
coproduction : Théâtre de Chelles, Théâtre de la commune - cdn d'Aubervilliers
microsystème est soutenue par le DRAC Ile-de-France
L'Arche est éditeur et agent théâtral du texte présenté
voir la galerie photo Dossier artistique
photo © Sylvain Duffard
Microsystème est soutenue par la Direction régionale des affaires culturelles d'Ile-de-France / Ministère de la Culture et de la Communication. La compagnie est en résidence au Théâtre de Chelles.