HEROE(s) (2018)
de Vcitor Gauthier Martin, Guillaume Barbot et Philippe Awat
Sous la glace (2015)
de Falk Richter
L'enfant Roi (2014)
De Clémence Barbier
Round'up, émission théâtrale (2012)
Conception : Victor Gauthier-Martin
Ecriture scénique collective : Victor Gauthier-Martin, Clémence Barbier, Maïa Sandoz
Docteur Faustus (2010)
De Christopher Marlowe
Le Laveur de visages (2009)
De Fabrice Melquiot
109 (2008)
Montage de textes et mise en scène : Victor Gauthier-Martin
Genoa / US (2008)
De Fausto Paravidino
Gênes 01 (2007)
De Fausto Paravidino
La vie de Timon (2005)
De William Shakespeare
Le rêve d'un homme ridicule (2004)
De Fédor Dostoïevski
La Cuisine (1996)

H+

  • de Victor Gauthier Martin, Clémence Barbier, Youness Anzane
  • Mise en scène : Victor Gauthier Martin
  • Avec : Clémence Barbier, Marion Bouverel, Théodore Olivier

Dans le cadre de l’exposition « L’Humain de demain », le Quai des savoirs, le Museum d’Histoire naturelle et le Théâtre Sorano me demandent, dans le prolongement du travail de ma compagnie, d’inventer un spectacle autour de cette thématique : l’Homme du futur.
Tout de suite, des questions me sont apparues : qui sera l’Homme du futur ? Qui sera la femme du futur ? Quelle sera leur humanité ? Vivront-ils dans l’inquiétude, ou deviendront-ils optimistes ? Vivront-ils dans l’addiction, et si oui, à quoi ? Ou seront-il libérés, mais de quoi ? Seront-ils sans cesse surveillés ? Comment s’organisera la démocratie ?
A quoi ressemblera cet homme du futur ? Physiquement ? Petit cerveau, dos vouté, gros yeux globuleux, intestin raccourci, des longs bras et de longues jambes, sans poils ?
Vivrons-nous de plus en plus seuls ou à la recherche de plus de collectif ? Aurons-nous encore besoin de travailler ? Quelles seront les mœurs ? Comment nous reproduirons-nous ?
Quel est notre rêve pour le futur ? Avons-nous jamais rêvé d’être plus forts ? Avons-nous jamais rêvé d’être plus intelligents ? Avons-nous jamais rêvé d’être immortels ?
L’homme du futur rêvera-t-il à son homme du futur ?
Me sont aussitôt revenus à l’esprit, les mythes et les histoires que les hommes se racontent depuis la nuit des temps, dans lesquels l’obsession humaine a toujours été d’égaler les dieux. Le mythe de Prométhée, Frankenstein, Le meilleur des mondes…

L’épopée de Gilgamesh en est l’exemple le plus ancien : dix-huit siècles avant JC vit le grand roi d’Uruk. Après avoir connu le bonheur d’aimer et d’être aimé, le malheureux souverain assiste impuissant à la mort de son ami, de son alter-ego, Enkidu. Il commence une réflexion sur le sens de la vie, puis s’interroge assez vite en terme religieux et finit par partir à la recherche de l’immortalité, un remède à l’irréversibilité de la mort. Il se raccroche finalement à une problématique laïque et philosophique pour accepter la mort sans abandonner pour autant la quête d’une vie bonne.
Toutes ces questions ont été alimentées par des lectures variées et dérangeantes d’ouvrages de nos penseurs contemporains : Jacques Ellul, Michel Serres, Luc Ferry, Gilles Babinet, Jean Didier-Vincent et Geneviève Ferone, Etienne Klein, Jeremy Rifkin, Mathieu Terence, Laurent Alexandre, Jean Michel Besnier. Autant de visions singulières et de rapports à la technologie, au « progrès », allant de la méfiance à la fascination.
Par exemple, j’ai été très touché par la lecture de Michel Serres dans « Petite poucette ». Cet homme qui pourrait être mon grand-père signe cet essai sur les générations futures, dans un élan de confiance à l’égard de la jeunesse qui a entre ses mains des outils fantastiques et cette chance incroyable d’être à l’aube de ce nouveau monde.
Quel regard posent les générations les unes sur les autres ? Affection ou incompréhension ?

production déléguée microsystème corpoductions Théâtre Sorano de Toulouse, Le Quai des savoirs, le Museum d'histoire naturelle de Toulouse
Dossier artistique
photo ©
Microsystème est soutenue par la Direction régionale des affaires culturelles d'Ile-de-France / Ministère de la Culture et de la Communication. La compagnie est en résidence au Théâtre de Chelles.