H+ (2018)
de Victor Gauthier Martin, Clémence Barbier, Youness Anzane
Sous la glace (2015)
de Falk Richter
L'enfant Roi (2014)
De Clémence Barbier
Round'up, émission théâtrale (2012)
Conception : Victor Gauthier-Martin
Ecriture scénique collective : Victor Gauthier-Martin, Clémence Barbier, Maïa Sandoz
Docteur Faustus (2010)
De Christopher Marlowe
Le Laveur de visages (2009)
De Fabrice Melquiot
109 (2008)
Montage de textes et mise en scène : Victor Gauthier-Martin
Genoa / US (2008)
De Fausto Paravidino
Gênes 01 (2007)
De Fausto Paravidino
La vie de Timon (2005)
De William Shakespeare
Le rêve d'un homme ridicule (2004)
De Fédor Dostoïevski
La Cuisine (1996)

HEROE(s)

  • de Vcitor Gauthier Martin, Guillaume Barbot et Philippe Awat
  • Mise en scène : Victor Gauthier Martin, Guillaume Barbot et Philippe Awat
  • Avec : Victor Gauthier Martin, Guillaume Barbot, Philippe Awat, Pierre-Marie Braye Weppe
    Scènographie de Benjamin Lebreton

« Le capitalisme porte en lui la guerre comme la nuée porte l’orage »
Jean Jaurès.


Trois metteurs en scène, acteurs et directeurs de compagnie, Philippe Awat, Guillaume Barbot et Victor Gauthier-Martin, trois artistes en résidence au Théâtre de Chelles entre 2015 et 2017, ont manifesté une volonté commune : celle de se réunir en collectif pour créer un objet théâtral singulier en écho au monde moderne. Un musicien live les accompagne.
Le premier, il a toujours eu une gueule de flic, l’autre la voix d’un truand, le troisième une allure de pigeon voyageur, et le dernier un violon vert électrique.
Trois générations différentes, trois visions du théâtre, trois forces vives, trois points de vue en résonance les uns avec les autres.


Tout aurait du commencer à l’automne 2015…
Un texte de Marc Ravenill, dramaturge anglais, sur une vision futuriste d’un état de guerre qui nous semblait de plus en plus actuelle.
Mais le 13 novembre a rebattu les cartes.

Hiver 2016
On rebondit sur un projet de théâtre documentaire, autour de ce sentiment nouveau d’être en danger en bas de chez nous. Sur notre impuissance face à cela. Nous, artistes, parcourant la France pour parler, partager, se confronter autour d’un mot pas si clair : ‘la guerre’. Dans le sillon de Depardon, faire du théâtre avec des paroles recueillies loin de notre terrain de jeu habituel et habitué. Mais dès le mois de mars la France est dans les rues contre la loi travail. Les citoyens veulent reprendre leur histoire - l’Histoire - en main. Ce sentiment d’inertie que l’on interrogeait est déjà loin derrière nous.

Tout aurait du continuer au printemps 2016…
La question du héros s’ouvre à nous. De l’incarnation. De l’espoir. Du modèle. Si guerre il y a, si manifestation il y a, si combat il y a, quels sont alors les héros contemporains ? Les figures qui nous poussent à agir ? A-t-on encore finalement besoin de héros ?
Mais le 3 avril a rebattu les cartes. A nouveau.
Le 3 avril 2016 ?
La révélation du scandale des Panama Papers. La guerre se révéle avant tout économique. Bien sûr. Et les héros deviennent lanceurs d’alertes. Citoyens, pour certains anonymes (comme John Doe), qui se sacrifient au nom de l’intérêt général. Au nom de la transparence. De la démocratie économique.

Tout s’est donc construit comme on ne l’attendait pas.
L’Histoire nous rattrapait à chaque fois, à grande vitesse. Nous forçait à voir le monde différemment. A parler du monde différemment. A changer d’axe. A requestionner notre rôle au sein même de la machine théâtre. Que dire ? Comment le dire ? Les formes de narration théâtrale, nos outils scéniques, nos façons de raconter des histoires est en mouvement constant. L’information se croise sur les réseaux comme dans nos têtes. On suit plusieurs histoires en même temps, ce sentiment fragile que chaque jour peut apporter une nouvelle information qui fera oublier celle de la veille. Même si on se fragmente on a besoin d’histoires, vraies ou fausses, mais d’histoires ! Celles qui nous aident à penser, celles qui nous font rêver, celles qui nous apprennent à voir… Maintenant, il faut écrire. Non pas l’actualité, non pas l’information journalistique, mais l’humain qui résiste, qui fonde, qui colmate.

Voici notre journal de bord à travers notre trio, deux années d’enquête, deux années de fraternité, deux années où l’on a essayé ensemble d’apaiser nos peurs.
Voici le carnet de route du scandale des Panama Papers, à travers un trio de journalistes allemand, français et islandais. Une année d’investigation internationale dans le plus grand secret. Puis une année de révélations et de conséquences mondiales sur l’évasion fiscale.
Deux histoires en parallèle qui jour après jour finissent par se rejoindre. Deux road movies qui n’en font qu’un. Deux fictions inspirées de faits réels. Toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé n’est peut-être pas qu’un simple hasard…

production déléguée microsystème
coproductions compagnie Coup de poker, compagnie Feu follet et le Théâtre de Chelles
avec les soutiens du Théâtre Sorano, de la Chapelle Dérézo et des Studios de Virecourt
Dossier artistique
photo ©
Microsystème est soutenue par la Direction régionale des affaires culturelles d'Ile-de-France / Ministère de la Culture et de la Communication. La compagnie est en résidence au Théâtre de Chelles.